Tisseur d'ombreS (2013)

Techniques : théâtre d'ombres et silhouettes manipulées à vue par un comédien-marionnettiste, dans le cadre d'un métier à tisser.

 

Durée : env. 40 minutes.

 

Jeune public à partir de 4 ans et public familial.

 

Coproduction : La Malle-Théâtre et la Ville de Thorigné-Fouillard.

Adapté du conte d’Andersen « Les habits neufs de l’empereur »

Auteur : Grégoire FROMONT

Compositeur : André COUASNON

Recherche esthétique des personnages : Catherine PIERRE

Marionnettes : Catherine PIERRE et Grégoire FROMONT

Costumes : Janine FROMONT

Décor : Alain BURKARTH

Lumière : Lionel MENEUST

 

« Il y avait autrefois un roi qui aimait tant les beaux habits, qu’il dépensait tout son or à sa toilette… »

Voici à peu près comment débute la version d’Andersen. Mais dans mon histoire, un détail suffit à changer bien des choses : le roi dont il s'agit est un bélier qui règne sur son peuple de moutons. Et comme chacun le sait, il n’y a pas d’or chez les moutons, leur plus grande richesse est la laine qu’ils ont sur le dos...

 

Tout commença un matin d’hiver, lorsque le roi ordonna que tous les moutons du royaume lui offre leur laine, afin qu’il se fasse tisser encore plus de vêtements.

 

J’oubliais de me présenter… Je suis Tisseur d’Ombres à la cour du roi Mérinos 1er. Vous comprenez maintenant pourquoi je suis le mieux placé pour vous raconter la véritable histoire, car j’ai tout vu… enfin, ce qu’il y avait à voir !

« ... Ce détournement des "Habits de l'Empereur" d'Andersen dans le royaume des moutons se fait-il porte-parole du petit peuple imposé jusqu'à la trame ?...  Zéphir, le mouton objecteur de conscience, se transforme en tisserand nommé "Bobine" qui n'a pas de "fil à la patte", s'amuse à inventer "le fil à couper le beurre" et donne ainsi du "fil à retordre" à l'état" ! Un état où chacun ment pour maintenir ses privilèges alors que le peuple est convié à entrer dans l'infernale "grande tondeuse". Protestation des enfants! Ce spectacle, où le verbe accompagne l'esprit avec aisance, est accompagné d'une musique baroque sur fond de violoncelle qui déroule "le plus fragile des fils", le fil de l'histoire... »

(OUEST-FRANCE)

 

« Que de richesses dans ce spectacle : visuel, sonore, humour… tout ce qu’il faut pour emmener enfants et adultes dans l’univers des contes. Bravo ! »

(PAROLES PAROLES)

A l'occasion de  « La Nuit des Musées » :

 

« C'était le premier événement culturel dans cet espace ouvert il y a un an... Le marionnettiste Grégoire Fromont a conquis ses spectateurs, un grand talent pour un spectacle très captivant... La mise en scène autour d'un métier à tisser traditionnel est d'une grande précision, Grégoire Fromont raconte, imite, mime, anime ses marionnettes plus vraies que nature. »

(OUEST-FRANCE)

 

Maison de la Toile - Saint-Thélo (22) . Festival au fil du Lin - Uzel-près-l'Oust (22) . Festival Grain de Fables - Quiberon (56) . Festival Manimagine - Thorigné-Fouillard (35) .

La Tisserie - Brandérion (56) . Centre Culturel Le Marais - St Mars-la-Brière (72) . Festival Les P'tits LézArts - Saint-Senoux (35) . Musée du Textile - Cholet (49). Festival Paroles Paroles - Honfleur (14) . Site Culturel Saint-Sauveur - Rocheservière (85)…

" Tisseur d'ombres"

Notes de création

 

01  LE CONTE ORIGINAL...

On ignore souvent que ce récit a des origines espagnoles. Don Juan Manuel, prince de Villena, écrivit en 1335 l’histoire d’un roi victime de faux tisserands et d’un habit invisible. Il ne se doutait pas que son conte ferait du chemin... jusqu’à ce qu’Andersen en lise une traduction allemande et s’en empare. Il publie « Les habits neufs de l'empereur » en 1837. Sa version demeure aujourd'hui encore la plus connue. 

Il s’agit d'une fable qui, sous couvert de l’humour, dénonce le pouvoir absolu d’un roi et relève avec pertinence certains travers de la nature humaine… 

 

... ET L’ADAPTATION

Nous avons choisi d’adapter pour la première fois un classique de la littérature enfantine occidentale. Le conte d’Andersen « Les Habits Neufs de l’Empereur » fait sans doute partie de ses histoires les plus cocasses !

 

Dans le conte original le roi semble frivole, se désintéressant de ses obligations pour se consacrer à sa "douce manie". On sent pourtant en filigrane que sa passion a des répercussions sur les affaires du royaume. Andersen ne s’étend pas sur le contexte social de l’histoire, pourtant les caprices de ce roi pourraient être les prémices d’un régime dictatorial. Le pouvoir, les privilèges et la lâcheté (ou la peur) sont au cœur du récit. Dans sa version, Grégoire Fromont a choisi d’imaginer ce contexte et de rendre plus claires pour le jeune public les injustices de ce pouvoir sans partage. Le choix de transposer l’histoire dans un royaume de moutons s’est imposé à lui assez rapidement lors de l’écriture du spectacle. D’une part, il y avait une évidence entre le "caractère" des moutons et le comportement des personnages du conte qui, de peur de passer pour des idiots, suivent le "troupeau". D’autre part, s’agissant d‘un récit parlant de tissage, la laine y prenait une importance singulière. A la fois matière première des vêtements du roi et protection naturelle des moutons, la laine devenait l’enjeu de notre histoire…

​02 LA MUSIQUE

Nous avons confié une nouvelle fois à André Couasnon le soin de composer la musique originale du spectacle. Peut-être notre histoire de moutons lui a-t-elle évoqué des paysages irlandais, car il a choisi un instrument insolite pour colorer sa partition : le uilleann pipe (proche parent irlandais de la cornemuse écossaise ou du biniou breton). 

Ci-dessous : séances d'enregistrement avec Hervé Duponcel, André Couasnon, Loïc Bléjean et Corinne Lacour.

03 LES MARIONNETTES

 

Les techniques de marionnettes employées dans notre spectacle nous ont été en partie inspirées par la lecture d’une biographie d’Andersen. On y apprenait notamment qu’il s’adonnait à un passe-temps très à la mode à son époque : le découpage de silhouettes… Des papiers découpés aux marionnettes du théâtre d’ombres, il n’y avait qu’un pas. Pour les personnages visibles en pleine lumière et non en ombre, nous avons également opté pour des marionnettes plates, des silhouettes animées.

Nous avons demandé à Catherine Pierre d’imaginer nos moutons en position verticale, campés dans des postures humaines. Les têtes des moutons restent stylisées de manière assez classique, en accord avec le style du spectacle. Cette esthétique semblait mieux correspondre à notre adaptation du conte.

Ci-dessous : croquis de recherche.

04 LE DÉCOR

Grégoire avait une idée assez précise du décor : du bois, de la dentelle, de la toile écrue. Il souhaitait que son spectacle se déroule dans l’atelier d’un tisserand, autour d’un ancien métier à tisser. Cet élément central devait permettre de présenter des toiles ou des fils tendus verticalement pour que les spectateurs puissent voir les ombres qui y seraient projetées. Le décorateur Alain Burkarth, qui a également travaillé sur plusieurs de nos précédents spectacles, en a fait un magnifique objet aux multiples possibilités… Le choix de matériaux nobles aux couleurs naturelles et la patine donnée tant au bois qu’aux pièces métalliques ont donné à l’ensemble l’aspect chaleureux des outils maintes fois empoignés au cours d’une vie de travail... Plus vrai que nature ! Un tisserand du Musée du Textile de Cholet nous a même demandé où nous avions trouvé ce métier atypique...

Ci-dessous : modélisation 3D du décor.

Et en bonus...

LES CHRONIQUES CROQUÉES DE BÉNÉDICTE KLÈNE

Le 19 novembre 2014, à la Forge, dans le cadre de la saison culturelle de Saint-Grégoire (35), l'artiste Bénédicte Klène s'est glissée en coulisses pour croquer sur le vif quelques instants de Tisseur d'Ombres. Elle a gentiment accepté que nous vous faisions découvrir ci-dessous quelques-uns de ses superbes dessins...

Le site de Bénédicte Klène : Les Petits Riens

LA MALLE-THÉÂTRE
Spectacles de marionnettes
16, square de Provence
35000 Rennes
Tél. 02 99 33 21 74
Suivez-nous :
  • Facebook - Gris Cercle
  • Vimeo
  • YouTube - Gris Cercle

© 2020 La Malle-Théâtre.

Crédits