la vie secrète

des chimères

(1996)

La vie secrète des Chimères
Postit A

Techniques : marionnettes manipulées à vue par un

comédien-marionnettiste

Durée : 18 minutes.

Jeune public et public familial.

Co-production : Cinémas Les Colombiers, La Malle-Théâtre.

Auteur : Grégoire FROMONT

Compositeur : André COUASNON

Marionnettes et décor : Janine et Grégoire FROMONT

Il est lointain le temps où les séances de cinéma comportaient un spectacle de première partie, avant que les publicités ne le remplacent. Il s'agissait souvent d'un artiste de music-hall  présentant sur scène un numéro visuel... C'est en repensant à cette époque révolue que Grégoire a accepté de relever le défit : prendre la suite du magicien Philippe Vallaud pour un numéro de marionnettes original !

 

Créé à la demande du Cinéma Colombier de Rennes (aujourd'hui fermé) et présenté une quarantaine de fois en première partie d'un dessin animé, La Vie Secrète Des Chimères mettait en scène des sculptures de Notre-Dame de Paris... Les marionnettes, directement inspirées de véritables chimères de la cathédrale, prenaient vie dans trois courtes scènes sans parole : l'histoire d'amour d'une gargouille pour une fleur poussée sur la pierre, la colère d'une autre sculpture tourmentée par un pigeon et enfin le réveil d'un petit diable...

17-3.png

Promotion du spectacle : ticket d'entrée spécialement imprimé pour l'occasion et remis à chaque spectateur du cinéma quelques semaines avant la série de représentations.

Notes de création

 

01 MONSTRES SYMPATHIQUES

 

Lorsque le Cinéma Colombier nous proposa de créer ce spectacle "sur mesure", il nous fût demandé d'imaginer une première partie en rapport avec le film projeté (Le Bossu de Notre-Dame de Disney). Comme aucune communication sur le dessin animé n'était  encore sortie au moment où nous devions nous atteler au travail, nous n'avions pas la moindre idée de l'esthétique du film ; nous savions simplement qu'il s'inspirait de l’œuvre de Victor Hugo... Aussi avons-nous choisi de partir de la cathédrale elle-même, sans chercher plus de lien avec le film ! En nous inspirant des chimères et gargouilles de Notre-Dame de Paris, nous savions qu'il nous faudrait choisir nos "monstres" avec discernement. Certaines sculptures de la cathédrale sont en effet très inquiétantes, voire effrayantes et s'agissant d'un spectacle destiné à rencontrer de jeunes enfants, nous souhaitions trouver un juste milieu : les personnages devaient être singuliers sans inspirer la peur. Des mois plus tard, nous avons enfin découvert les premiers visuels créés par les artistes des studios Disney... Ils avaient également eu l'idée d'utiliser les chimères de Notre-Dame !

etape1.png
17-2W.jpg

02 UN DÉCOR SUR MESURE

 

Le décor qui servait de support aux marionnettes, devait rester sur scène sans gêner le confort des spectateurs durant le visionnage du film. Il fût donc fabriqué sur mesure, lui aussi inspiré des garde-corps originaux de la célèbre cathédrale. La hauteur de manipulation devait à la fois être pratique pour le marionnettiste et assez réduite pour ne pas projeter d'ombre sur l'écran... Il a fallu trouver la bonne combinaison pour respecter au maximum le dessin et les proportions des éléments originaux, mais aussi répondre aux caractéristiques techniques imposées par le lieu et les contraintes liées à la manipulation des marionnettes.